AJEC - 25.12.2010 - The write move - Tim Harding
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous permettre de vous connecter. This site uses cookies to help us provide quality services. Using our services, you consent to the use of cookies.

25.12.2010 - The write move - Tim Harding

 

«The Write Move» par Tim Harding
Publié par Chess-Mail - Dublin.
160 pages
Prix : 22 Euros

Le dernier livre édité par Tim Harding diffère notablement de ses précédentes publications, sans toutefois s’éloigner du sujet principal auquel il a consacré une grande partie de sa carrière échiquéenne, à savoir le jeu par correspondance (JPC). Depuis quelques années, son principal centre d’intérêt s’est tourné vers le côté historique du JPC et Tim poursuit actuellement des études universitaires consacrées à l’histoire du jeu par correspondance au Royaume Uni et en Irlande, des origines à la première guerre mondiale.

Le livre qu’il nous propose, The Write Move, est une compilation des plus beaux écrits consacrés au JPC, accompagnée de nombreuses parties annotées. Le titre joue sur l’homonymie anglaise du coup juste et du coup écrit, essence même du jeu postal dont le livre relate quelques-unes des plus belles pages.

Bien que certains puissent redouter les difficultés de la langue de Shakespeare, car l’importance des textes écrits dépasse ici ce que généralement contient un recueil de parties, l’importance des textes, leur contenu et pour certains d’entre-eux leur actualité à l’aube du XXIe siècle et de l’avènement de l’internet, de l’ordinateur et du jeu par serveur, devraient convaincre une majorité d’amateurs du jeu par correspondance d’acheter ce livre.

Pour les amateurs d’histoire, les articles de l’historien Egbert Meissenburg sur les origines du jeu par correspondance et la reproduction du fascicule de George Walker consacré à la lutte par correspondance entre Londres et Paris en 1834 et les premières parties par correspondance jouées par Alexandre Alekhine constituent des morceaux de choix.

Tous les amateurs apprécieront les superbes parties, admirablement commentées de Gennady Nesis et Paul Keres, joyaux éternels du jeu par correspondance.

Un livre inhabituel, qui sort des sentiers battus, a souvent, comme les ouvertures négligées qui ne suivent pas les routes balisées de la théorie le long de 20 ou 30 coups académiques, plus de difficultés à s’imposer et à convaincre le lecteur. Quel que soit le chapitre qui vous passionnera, de l’histoire à l’anecdote ou aux parties magistrales des champions, chacun trouvera dans ce livre de nombreuses opportunités de passer d’agréables moments, tout en soutenant l’action opiniâtre de Tim Harding en faveur du jeu par correspondance.