AJEC - Interview de Michel Lecroq
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous permettre de vous connecter. This site uses cookies to help us provide quality services. Using our services, you consent to the use of cookies.

Interview de Michel Lecroq

Michel LECROQ, Grand Maître et Président de notre association.
 

Cette interview a été réalisée par Christophe Guéneau pour Europe-Échecs. Le texte qui suit en constitue la version intégrale.

Au dernier classement publié par l’ICCF, le GMI suédois Ulf Andersson est désormais numéro un mondial. Quelle réflexion cela vous inspire ?

Je considère l’arrivée de très forts joueurs pendule comme un phénomène particulièrement intéressant pour le JPC ; il faut bien avouer que cela modifiera un peu l’image du JPC tout en apportant un éclairage nouveau. Devenir numéro un mondial est extrêmement difficile. Le cas Andersson est très intéressant car il montre ce qu’est capable de faire un fort joueur pendule de très haut niveau lorsqu’il prend le JPC sérieusement. Je me souviens que le cas avait déjà failli se produire il y a plus de vingt ans avec Max Euwe (1900-1981). Peu de temps avant sa mort, il avait en effet prévu de participer à la finale du championnat du monde par correspondance. À l’époque je trouvais cela formidable et j’attendais avec beaucoup d’impatience de savoir comment un ancien champion du monde allait s’en tirer par correspondance. D’une certaine manière, Ulf Andersson relèvera peut-être le gant puisqu’il est désormais numéro un mondial et qu’avec les nouvelles règles cela permet de participer directement à la finale du championnat du monde. C’est d’ailleurs de cette manière que Gert Jan Timmerman s’est qualifié avant de devenir le 15e champion du monde de l’histoire.

Il faut bien comprendre qu’un fort joueur pendule qui se met au JPC simplement pour voir, par curiosité, tout en continuant à jouer sur l’échiquier et en adoptant une attitude «touristique» a toutes les chances d’être déçu. Pour ce type de joueur le JPC ne sera qu’une activité annexe alors que pour obtenir des résultats il faut en faire son activité principale. Je connais bien cette situation car j’ai longtemps été à cheval entre les deux activités, tout en favorisant le JPC. Je dois reconnaître que c’était très difficile, ne serait-ce qu’à cause de l’emploi du temps. Et puis un jour j’ai arrêté le jeu à la pendule ...

Justement, est-ce que le passage progressif aux tournois par Email ne va pas changer la donne et laisser plus de temps ... ?

Probablement. On peut d’ailleurs espérer que le jeu Email permette l’intégration de nouveaux forts joueurs pendule. Il y a deux catégories chez les joueurs pendule : les amateurs et les professionnels. A priori, je ne vois pas bien l’intérêt pour les joueurs professionnels de se lancer dans le JPC. On peut effectivement s’interroger sur les motivations de Ulf Andersson mais on est en droit de se demander si, a terme, il n’existera pas une catégorie de joueurs pros par correspondance. Il existe déjà certains tournois sponsorisés par le mécène hollandais (et fort en JPC) Joop Van Oosterom. Actuellement les sommes en jeu ne sont absolument pas en rapport avec le temps consacré par les joueurs. Les meilleurs prix sont de l’ordre de 1500-2500 Euros, ce qui, même par Email, représente au moins un an de travail. Il n’y a donc aucune rentabilité. Ceci étant dit le problème est identique à la pendule dans la mesure où seuls les meilleurs joueurs peuvent en vivre.

Ne serait-ce que par curiosité, avez-vous déjà regardé des parties d’Andersson ?

Non, mais cela n’a rien à voir avec lui. En fait je ne regarde pas beaucoup les parties des autres joueurs, sauf pour les variantes qui m’intéressent car autrement cela prendrait trop de temps. J’essaye de toujours faire utile et du coup j’évite les études personnalisées.

Andersson est aujourd’hui le numéro un mondial. Cela signifie-t-il qu’il est aussi le meilleur joueur du monde ?

Je me suis longtemps posé la question de savoir qui était le meilleur joueur du monde : le numéro un au classement ou le champion du monde ? En ce qui concerne le championnat du monde, il faut savoir qu’il y a plusieurs cycles en route en même temps. À ce jour, il y a trois championnats du monde (15e, 16e et 17e) en cours. D’où l’idée que le classement reflète sans doute mieux la situation d’autant qu’en général le numéro un mondial ne figure pas au championnat du monde. L’exception est Gert Jan Timmerman qui fut à la fois champion du monde et numéro un mondial.

Vous est-il déjà arrivé de rencontrer un fort joueur FIDE par correspondance ?

Actuellement je participe au tournoi «25 ans de Mate Postal» dans lequel j’ai battu le GMI FIDE danois H. Danielsen d’une façon magistrale et cela m’a beaucoup étonné. Je ne sais d’ailleurs pas quelles conclusions en tirer. J’ai cru comprendre qu’il s’agissait de son premier tournoi par correspondance. Je ne sais pas si ce joueur a pris les choses au sérieux, mais je suis en revanche certain qu’avec Ulf Andersson les choses ne se seraient pas déroulées de la même manière.

Vous êtes aujourd’hui le 64e (!) joueur mondial avec 2 600. Quels sont maintenant vos prochains objectifs ?

Disons que je suis particulièrement heureux de retrouver le club des 2 600. Sur le plan du classement je ne me suis jamais fixé d’objectifs particuliers. En revanche, dans la finale du 17e championnat du monde auquel je participe en ce moment, l’objectif est clair : terminer premier ! Cela peut sembler présomptueux mais je cherche toujours à gagner lorsque je participe à un tournoi. Cela peut d’ailleurs faire sourire car je n’ai quasiment jamais gagné de tournoi. Étrangement, je suis un spécialiste des classements ex-aequo. Comme on dit, je suis souvent placé, jamais gagnant. Je suis néanmoins très fier de ne jamais avoir réalisé de contre-performances.

Comment voyez-vous ce 17e championnat du monde ?

C’est un tournoi qui atteint la catégorie XIII, à deux points de la catégorie XIV (2 575). Il est possible que ce soit le dernier championnat du monde postal. Cela ne me déplaît pas car je voulais surtout éviter de prendre part à un championnat du monde Email, un mode de jeu dans lequel je n’ai pas la moindre expérience. Avec un classement de 2 685 le joueur allemand Joachim Neumann fera sans doute figure de favori. Le championnat me semble très ouvert et j’estime avoir mes chances avec tous les joueurs, ce qui me fait dire que le titre est jouable. Et puis il ne faut pas oublier que lors du précédent championnat, le 14e, j’ai battu Oim, qui allait devenir champion du monde, et annulé contre l’ex-champion du monde Baumbach.

Le tournoi a commencé au mois de mars 2002 ; combien de temps faut-il encore attendre avant que l’on vous remette la médaille ... ?

Rien ne sera fait mais je pense qu’au mois de mars 2005 on y verra plus clair. Je donne l’impression d’en rire mais il y a quand même deux Russes et un Yougoslave, ce qui va représenter un frein moteur assez important (sic) d’autant que l’un des deux Russes n’a pas de Email.

Quels sont vos autres chantiers en route ?

Je termine le 6e championnat d’Europe par équipes où je joue d’ailleurs au sixième échiquier (!). Il me reste deux parties. J’ai un petit espoir de gagner ces deux parties, ce qui me permettrait de réaliser 8,5/10. Je participe également au tournoi «Mate Postale A», un tournoi à norme organisé par la Fédération espagnole pour le 25e anniversaire de la revue «Mate Postale». À ce jour, il me reste six parties.

J’ai un petit espoir que l’AJEC (qui représente la France) se qualifie pour la finale du VIème championnat d’Europe par équipes. Dans ce cas, je pourrais peut-être participer. J’ai aussi participé à la 13e olympiade (préliminaires) au 1er échiquier, mais malheureusement les chances de qualification sont quasiment nulles. L’équipe engagée dans la 14e olympiade (par Email) a en revanche toutes les chances de passer.

Un jour, il va bien falloir que vous vous lanciez dans le jeu par Email.

Oui, forcément, mais je ne sais pas encore quand. En fait ce sera soit quand il y aura une opportunité, soit quand cela deviendra nécessaire. Je me suis inscrit dans le 17e championnat du monde parce qu’il était postal mais si j’avais voulu jouer par Email j’aurais été contraint d’attendre deux ans de plus. Et comme je n’avais pas de raison d’attendre ... Si le 17e championnat du monde avait été exclusivement disputé par Email, je crois que je me serais jeté à l’eau.

Cela signifie-t-il qu’à terme vous envisagiez l’abandon du jeu sous sa forme postale ?

Pas forcément car de gros progrès ont été faits dans ce domaine, y compris avec des pays répertoriés comme difficiles. En fait je suis assez partisan d’un système hybride qui impliquerait de démarrer la partie par la poste et de terminer par Email, à condition bien entendu que les participants jouent le jeu et collaborent pour aider à résoudre certaines difficultés. Prenons le cas du 17e championnat du monde auquel je participe. L’un des Russes qui n’a pas de Email va poser problème à un moment ou à un autre et ralentir tout le championnat.

Le fait de jouer de manière hybride soulève au passage un problème : combien de tournois peut-on jouer simultanément ? Si pour une raison ou une autre on participe à plusieurs tournois par Email, on peut vite arriver à des cadences infernales où le stress risque d’être permanent puisque les réponses peuvent revenir très vite. Le jeu postal permet d’étaler l’effort et c’est la raison pour laquelle il ne faut pas complètement l’écarter. D’un autre côté, le fait d’accorder six jours de réflexion par coup par Email est une excellente décision car c’est un délai assez considérable.

Selon vous, quelle est la cadence idéale ?

Il faut dissocier le jeu postal et Email. Au départ l’ICCF avait établi une cadence Email de 4 jours/coup, mais il a fallu changer car on s’est aperçu que dans certains tournois les joueurs avaient passé des accords entre eux en faisant démarrer réellement le temps seulement quelques jours après la réception du coup. C’était une aberration totale car d’un coup tout est devenu impossible à contrôler et gérer pour l’ICCF. Prenant conscience qu’il y avait un problème, l’ICCF a donc pris la sérieuse décision de porter la cadence à 6 jours/coup. Cela me paraît très raisonnable si l’on compare à la règle des 3 jours/coup au niveau postal. De cette manière, l’ICCF a au moins le mérite de favoriser la qualité de jeu en adoptant exactement l’attitude inverse de la FIDE qui tient de moins en moins compte des joueurs ... En mettant 4 jours/coup, l’ICCF favorisait surtout les joueurs qui disposent de beaucoup de temps libre et ceux qui utilisent à fond les ordinateurs. Avec 6 jours/coup je trouve que désormais chacun a sa chance.

Combien de parties peut-on raisonnablement jouer en même temps ?

Tout dépend du joueur, c’est évident, mais aussi du mode de jeu, postal ou Email. Dans le dernier cas je peux difficilement répondre car je n’ai encore aucune expérience. Au niveau postal, je dirais qu’au-delà de trente parties les choses se compliquent sérieusement. Il faut aussi prendre en considération les différentes phases dans lesquelles on évolue. Il est beaucoup plus facile de gérer quinze parties qui sont encore au stade de l’ouverture que quinze milieux de jeu qui peuvent être assez complexes. À ce niveau, l’aide des ordinateurs est considérable car cela permet de pouvoir gérer davantage de parties que dans le passé. Dans les tournois internationaux, les parties démarrent à des vitesses très différentes en fonction de la nationalité de l’adversaire. Ainsi l’effort s’étale, ce qui fait qu’à certains moments on peut être complètement surchargé ou au contraire très disponible selon l’état d’avancement de la partie (ouverture, milieu de jeu ou finale). La chose à éviter serait d’avoir à jouer quinze milieux de jeu en même temps car c’est la phase la plus difficile puisque c’est la phase durant laquelle on essaye de créer l’avantage.

Parfois, est-ce que l’on n’est pas tenté de faire quelques nulles de salon dans les tournois assez longs ?

Cela peut arriver lorsqu’on a trop de parties et que l’on essaye de se débarrasser d’un certain nombre pour reporter son effort sur celles qui sont les plus intéressantes ou les plus importantes. À titre personnel je n’aime pas cette pratique car si l’on fait trop de nulles, ce n’est pas bon pour le classement et je n’ai pas honte de dire que je joue aussi pour le classement.

Parlons un peu de vous et de votre jeu. J’ai cru comprendre que vous étiez complètement autodidacte aux échecs.

Oui, c’est exact. Lorsque j’étais plus jeune, j’ai commencé à jouer en club mais la notion de professeur m’est tout à fait étrangère. J’ai progressé seul en lisant quelques livres qui m’ont beaucoup influencé, comme «Jugement et plan» de Max Euwe, qui était carrément mon livre de chevet. Lorsque j’ai commencé à jouer à l’échiquier Havrais, j’avais un niveau disons, très moyen, et après avoir lu et assimilé le livre de Euwe je suis devenu l’un des plus forts joueurs du club. Par la suite, j’ai commencé à lire des magazines et puis lors des tournois j’ai acheté des livres sur les ouvertures. À l’époque j’aimais beaucoup les idées de Keres dans les ouvertures car il avait le don de rendre les choses très claires.

Comment définiriez-vous votre style ?

Je dirais que j’ai un style assez universel et j’aime bien le jeu brillant à base de sacrifices et de combinaisons. Je considère qu’il incombe aux Blancs la responsabilité d’attaquer, en tout cas de faire le jeu. Avec les Noirs j’aime bien contrer même s’il faut bien prendre conscience que le premier souci consiste à égaliser. Disons que si on m’en laisse l’occasion je n’hésite pas à contre-attaquer. À ce titre, la Sicilienne, que j’affectionne, correspondant tout à fait à mon style et à ma philosophie du jeu.

Vous semblez vouer une véritable adoration à la variante du Dragon dont vous êtes un spécialiste.

Le Dragon et moi, c’est une longue histoire d’amour. En 1969 j’avais lu dans «Europe Echecs» un article très intéressant sur la variante du Dragon. Je trouvais que c’était une variante à la fois harmonieuse et efficace avec le couple Tc8/Fc3 souvent suivi de Txc3. Je trouvais aussi cela joli, brillant. Bref c’était le jeu d’échecs comme je l’aime. J’ai commencé à jouer cette ouverture et à m’y intéresser. Par la suite j’y ai pris goût et je suis resté fidèle. En fait je ne me lasse pas car cette variante évolue constamment. La meilleure démonstration en est ma partie contre Oim (finale 14e CDM). Le futur champion du monde, grand spécialiste de cette ouverture avec les Blancs, n’a pas hésité à jouer la grande variante et de mon côté je n’ai pas refusé le débat théorique. Cela a donné lieu à un beau duel dans lequel j’ai trouvé une nouveauté en cours de jeu. La seule chose qui m’attriste un peu est que je fais beaucoup de nulles, même si avec les Noirs ce n’est pas forcément une mauvaise opération. D’une manière générale je considère qu’il ne faut pas jouer des ouvertures parce qu’elles ont la réputation d’être bonnes, mais avant tout parce qu’elles correspondent à votre style ou votre philosophie du jeu. Tout le monde ne peut pas jouer la Dragon et je crois que je serais totalement incapable de jouer la Caro-Kann.

Considérez-vous l’ouverture comme une phase capitale dans le JPC ?

J’ai connu une époque où le joueur le mieux préparé s’imposait quasi systématiquement. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, et il est devenu assez rare de surprendre son adversaire dans l’ouverture, à moins de placer une forte nouveauté personnelle. L’objectif de l’ouverture est d’essayer d’obtenir une position supérieure avec les Blancs et au moins égale avec les Noirs. Ce n’est qu’après que la partie démarre véritablement. En fait toute la problématique d’une partie est de parvenir à créer un avantage. C’est probablement ce qu’il y a de plus difficile mais aussi de plus palpitant. Tout l’intérêt est de parvenir à créer un déséquilibre, car force est d’admettre que si les adversaires jouent juste la position restera égale. À un moment il faut donc prendre un risque pour tenter d’obtenir l’avantage. Lorsqu’on est parvenu à créer un avantage important, la partie n’est plus vraiment intéressante. La position nécessitera certes toujours un minimum d’attention mais tout le charme aura disparu puisqu’il n’y aura plus rien à créer ; il faudra simplement se contenter de concrétiser. Mais attention, tout ceci n’est pas particulier au jeu d’échecs.

Le travail préparatoire en amont vous intéresse-t-il ?

Le fait de rechercher une nouveauté théorique est assez excitant mais dans l’ensemble la préparation, c’est-à-dire la mise à niveau des informations pour avancer en terrain connu et éviter d’être surpris, représente une grosse charge de travail. C’est une phase nécessaire mais pas forcément agréable, en tout cas pour moi. Et encore, je pense fonctionner différemment de certains joueurs car je me prépare très peu par rapport aux adversaires. D’abord parce que ce n’est pas toujours facile et ensuite parce que je joue toujours la position et jamais le «bonhomme». Je considère toujours que je n’ai pas un véritable joueur en face de moi et que contrairement au jeu à la pendule il m’est impossible de le déstabiliser psychologiquement. En résumé j’ai face à moi une position que je dois traiter du mieux possible.

Dans le JPC on ne pourrait donc pas utiliser certains artifices pour déstabiliser l’adversaire ?

Certains joueurs doivent bien essayer mais cela me semble difficile, en tout cas au niveau postal. Par Email les choses sont certainement différentes car il est possible de renvoyer sa réponse le jour même ce qui peut avoir des conséquences déstabilisantes. Il est même tout à fait possible de jouer une trentaine de coups en ayant toujours 0 jour de réflexion ! Dans ces cas-là l’adversaire, qui, lui, réfléchit plusieurs jours, doit se sentir un peu «couillon»...

Lorsque vous disputez un tournoi, vous êtes plutôt du genre à donner de vos nouvelles ou vous indiquez seulement votre coup ?

Il n’y pas de règle. Tout dépend de la langue de correspondance (en ce qui me concerne forcément le français ou l’anglais) et cela ce fait au hasard. Il arrive parfois que des joueurs étrangers écrivant le français entament une correspondance. Des liens peuvent alors se créer, mais ce n’est pas systématique et la plupart du temps le contact s’arrête à la fin de la partie. Je me souviens d’une anecdote avec un joueur russe qui était mathématicien de formation et qui avait eu pour camarade à l’université Plioutch, qui s’était réfugié à Paris. Ce joueur m’a demandé si je ne pouvais pas essayer de retrouver son adresse ! Ce n’était évidemment pas facile mais j’ai écrit à divers endroits sans jamais obtenir la moindre réponse.

Une autre anecdote ?

J’en ai une qui me vient à l’esprit mais qui n’est pas très drôle. Je jouais contre Palsson, un joueur Islandais qui avait déjà fait un dépassement de temps contre moi. Plus tard dans la partie il est devenu à nouveau très limite et à un moment pour assurer son coup et éviter le moindre problème il m’a envoyé son coup par lettre recommandée. Le hic, c’est qu’il avait oublié de noter son coup ! J’étais très embêté. Je ne savais vraiment pas quoi faire, d’autant que j’étais mieux mais que la victoire était longue à se dessiner. À regrets j’ai demandé le gain au DT, ce qui m’a permis d’aller en finale. J’aurais pu rater ma qualification pour ne pas l’avoir fait et je m’en serais certainement voulu.

   
Comment va se dérouler l’évolution du jeu postal et Email ?
J’aimerais d’abord dire qu’en matière de jeu par Email, je ne suis ni réfractaire ni obsédé. Disons que l’évolution du jeu postal dépendra de la demande et j’estime que les responsable de l’AJEC ne sont pas en place pour imposer telle formule plutôt qu’une autre. Ils ont pour mission d’organiser des tournois en fonction de la demande. Il faut aussi prendre en considération que dans les tournois français le recours systématique à l’Email n’est pas une nécessité puisque la poste de notre pays fonctionne parfaitement.
Les responsable ICCF, eux, poussent déjà très fort pour la solution Email. On peut leur reprocher cette position mais on peut aussi facilement la comprendre car ils ont connu tous les problèmes liés au jeu postal. Parfois ils étaient dans l’incapacité de savoir quand un tournoi allait se terminer et quand un autre allait pouvoir démarrer. Dans les tournois type championnat du monde, il n’était pas question d’arbitrage (la décision doit se faire sur «l’échiquier» CHG). Les joueurs d’un certain âge vont devoir prendre le virage informatique et il est probable que certains arrêtent. Moi j’ai eu la chance d’être encore suffisamment jeune pour m’adapter lorsque l’informatique s’est imposé.
Ouvrons maintenant le dossier : JPC et ordinateur. Ici et là on sent beaucoup d’hypocrisie sur le sujet ...
Je suis arrivé jusqu’à 2610 sans l’aide d’un ordinateur et aujourd’hui j’ai 2600 en m’en servant. La différence est que la vie est plus agréable maintenant. J’ai acheté mon premier ordinateur en 1992. Après je me suis dit qu’on pouvait aussi jouer aux échecs avec et mon premier logiciel fut Mchess Pro. Par la suite j’ai disputé mon premier tournoi avec l’aide d’un logiciel (un 3/4 de CDM) et force est d’avouer que c’est là que j’ai réalisé mon plus mauvais résultat (8/16). Il m’a donc fallu un tournoi entier pour m’habituer. J’ai compris à cette occasion comment il fallait s’en servir, ce qu’il fallait accepter et rejeter. L’ordinateur a été imposé, non pas par les joueurs, mais par le progrès et je considère que la prolifération des logiciels d’échecs n’est pas le fait des joueurs d’échecs par correspondance. J’aimerais donc qu’on cesse de leur reprocher car un produit librement commercialisé est fait pour être acheté et utilisé. Il faut donc arrêter de fantasmer sur de pseudo règlements où les joueurs s’engageraient à ne pas recourir à l’aide de l’ordinateur. Ce n’est pas contrôlable donc pas gérable. On doit considérer que tout JPC dispose d’un document de base constitué d’une base de données, d’un moteur de recherche et de la littérature échiquéenne. Ce document de base est constamment évolutif, cela induit qu’il faut le mettre à jour et ceci est déjà en soi un grand travail. Par rapport au document de base, le joueur va devoir amener un plus, sa contribution personnelle qui sera en quelque sorte sa valeur ajoutée.
En pratique, l’apparition de l’ordinateur fait que les parties durent plus longtemps en nombre de coups car il y a beaucoup moins de grosses erreurs commises. Il y a également davantage de parties nulles ... Le raisonnement consistant à dire qu’un joueur disposant d’un ordinateur est nettement avantagé est devenu obsolète de nos jours à cause de la baisse des prix. Tous les joueurs peuvent s’offrir un ordinateur. Lorsque j’ai démarré le JPC l’argument type était que celui qui avait la meilleure bibliothèque était favorisé, ce qui, dans l’esprit, revient au même.
Tout n’est pas simple car il existe pour le joueur un risque important d’être complètement assisté. C’est ce que tente de démontrer le GMI Christophe Léotard depuis quelques années. Sur le fond je lui donne raison, mais je pense qu’il n’a pas abordé tous les aspects de la question.
L’utilisation d’un moteur de recherche ne présente pas que des inconvénients, je dirais même qu’il y a plusieurs avantages. Cela permet de mémoriser les analyses déjà effectuées. On peut également gérer davantage de parties car l’ordinateur fait un travail à votre place tout en vous évitant de commettre des erreurs grossières. Cela permet de dégager plus de temps libre et donc davantage de sérénité. C’est un facteur important car une meilleure disposition intellectuelle permet d’approfondir les analyses, ce que l’ordinateur ne fait pas forcément très bien.
Prenons un cas très concret pour éclairer mes propos. On rentre dans l’ordinateur une position équilibrée mais complexe. Au bout de quelques minutes il va vous proposer différents coups avec des évaluations différentes : a) +0,80 b) +0,40 et c) +0,20. Le joueur passif ou paresseux choisira sans réfléchir la première proposition. Le joueur qui se pose des questions jouera la variante a puis la variante b puis la c et il va les analyser. Il obtiendra alors des sous variantes a1, a2, a3, b1, b2, b3, c1, c2, c3 avec à chaque fois des appréciations différentes. Ces 9 sous variantes déboucheront sur une multitude de positions. Et ici je ne parle que de cas simples car on pourrait aussi imaginer une quatrième variante affichant au départ ­0,50. Beaucoup de joueurs auront tendance à l’éliminer d’office alors qu’en fouillant bien on se rend compte que c’est finalement celle-ci qu’il faut jouer. Le choix de la variante dépend de la valeur du joueur. Plus il sera fort et plus il sera à même de déjuger le ou les coups proposés par l’ordinateur. Il y a donc un travail de synthèse considérable. En résumé, l’ordinateur fait le travail analytique et le joueur le travail synthétique.
Et puis n’oublions pas que chaque joueur a aussi le droit d’analyser par lui-même et qu’il est tout à fait possible de trouver une idée qui n’apparaît pas dans les choix de l’ordinateur. En regardant, on s’aperçoit que cette idée peut être complètement idiote ou excellente. Dans le cas de l’AJEC, l’une des raisons invoquées pour expliquer la baisse des effectifs est que les joueurs sont découragés par la présence des ordinateurs. C’est dommage car le joueur, quel que soit son niveau, doit prendre la peine de réfléchir et dialoguer avec son logiciel afin de voir si ses idées sont bonnes ou pas. Ll doit y avoir une forme d’interactivité qui permet de progresser. C’est absolument nécessaire.
Vous avez écrit dans le CDE : «j’ai dû souvent démontrer à mon ordinateur que mes combinaisons étaient justes». Que vouliez-vous dire exactement ?
Dans les cas des sacrifices positionnels, c’est-à-dire où l’on sacrifie du matériel sans forcément chercher à le récupérer, dans l’espoir d’améliorer la position, l’ordinateur n’est pas toujours à l’aise. Souvent il rejette le premier coup. Si le joueur a confiance en son jugement et qu’il poursuit l’analyse, il arrive parfois un moment où l’ordinateur va permuter son appréciation, passant par exemple de ­0,50 à +2,00, considérant de fait que ce que vous jouez est correct. Dans certaines positions, l’ordinateur est handicapé car il ne supporte pas le déficit matériel. Pour éviter de se faire «refouler» par son ordinateur il faut être sûr de soi et surtout très critique.
Ce type de problème avec les combinaisons à sacrifice positionnel se retrouve aussi dans les finales. L’ordinateur ne voit pas arriver les finales nulles. S’il analyse une position qui après une dizaine de coups donne une finale R+C vs R, il évaluera au départ la position à +3,00, ce qui est un non sens total. L’ordinateur n’excelle que dans les combinaisons purement tactiques.
Quelle est votre approche pour les bases de données ?
Au moment de démarrer un tournoi il faut être à jour au niveau des informations, tout en sachant que trop d’informations tuent l’information. Je suis fidèle à mes ouvertures fétiches, même si de temps à autre il m’arrive de tester certaines ouvertures. Dans le tournoi «Mate Postal A» je me suis autorisé quelques fantaisies en jouant la partie Ecossaise ... Je pense bien connaître mes ouvertures mais comme tout évolue il est impératif de se mettre à jour en se tenant au courant grâce à une base de données mais aussi en lisant différentes publications. Ensuite il faut faire le point et ce n’est pas toujours facile.
Une base de données, contrairement à ce que pensent certains joueurs, ce n’est pas quelque chose de nouveau, c’est une évolution. C’est la transmission sous support informatique de ce qui existait auparavant sous un support papier. Ce qui est nouveau c’est la rapidité de la transmission, notamment grâce au téléchargement. C’est un phénomène qui touche aussi bien le JPC que le jeu à la pendule. Au départ du tournoi il convient donc d’être le plus à jour possible sur les variantes que l’on pratique. C’est devenu tellement nécessaire qu’il convient d’avoir quasiment une approche professionnelle. Ensuite il faut se faire sa propre opinion en essayant de comprendre ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. La base de données n’est donc pas la panacée universelle. Je pense que les meilleurs joueurs à la pendule ont la même démarche. Ils testent ou recherchent des variantes avec un moteur de recherche mais la différence c’est qu’une fois devant l’échiquier le joueur pendule est seul, il joue en quelque sorte sans filet. Mais la démarche de la préparation est la même.
Comment se fait-il qu’il y ait parfois pour un même joueur une énorme différence entre un classement pendule et un classement JPC ?
Il est difficile de comparer un classement pendule où l’on joue en temps limité, sans déplacer les pièces, et un classement JPC où il y a peu de contraintes de temps, où on peut déplacer les pièces et où la logistique est importante (bibliothèque, logiciels...). C’est un peu comme un joueur de tennis de table et un joueur de tennis : le terrain n’est pas du tout le même. Le facteur temps change considérablement la donne car une bêtise sera probablement punie par correspondance alors que ce ne sera pas forcément le cas à la pendule, où du moins pas avec les mêmes conséquences. En principe un JPC doit toujours obtenir un classement supérieur à celui qu’il peut avoir à la pendule, mais tout dépend de sa motivation, de son sérieux et surtout s’il laisse de côté son complexe de supériorité. Il faut qu’il fasse l’effort de s’adapter. Il faut améliorer constamment sa compréhension du jeu d’échecs et notamment son jugement positionnel.
Le classement pendule exprime ce que l’on est capable de comprendre en peu de temps, ce qui ne veut pas forcément dire qu’avec deux heures de plus on comprendra mieux. À l’inverse, il y a des gens qui en peu de temps comprennent peu de choses mais en beaucoup de temps comprennent beaucoup de choses. Je pense que c’est ici que se situe la différence de fond. En principe ce serait donc une aberration si un joueur pendule obtenait un classement inférieur au JPC. En résumé, la différence s’explique par la motivation, le temps dont on peut disposer, la logistique et bien entendu la capacité intellectuelle du joueur d’accéder à un niveau supérieur de compréhension.
Quelles sont aujourd’hui les perspectives à l’AJEC ?
Depuis près d’un an une nouvelle équipe est en place sous la houlette du président Olivier Coclet. Ce dernier a une vision de l’avenir plus moderne que celle de ses prédécesseurs. Par ailleurs, un site internet, plus vivant que celui qui existait déjà a vu le jour. C’est d’ailleurs pour tenter de l’animer que j’ai accepté de disputer deux parties majoritaires. On a également offert aux joueurs la possibilité de jouer par Email, chose qui n’était pas favorisée, loin de là, sous l’ancienne équipe. Par ailleurs des relations correctes ont été rétablies avec l’ICCF, faisant suite à une longue période de conflit. Aujourd’hui notre principal souci est de faire remonter les effectifs mais il faut être lucide car après une année de crise il ne faut pas espérer des miracles. À la grande époque l’AJEC comptait environ 1 100 membres alors qu’aujourd’hui c’est quasiment moitié moins.
C’est vraiment dommage car qualitativement l’AJEC donne l’impression de n’avoir jamais été aussi forte.
C’est vrai, mais le fait qu’il y ait de plus en plus de titrés et de moins en moins de joueurs n’est pas une bonne chose pour l’AJEC. Force est de constater que ce sont les plus motivés qui restent, mais la pyramide a besoin de la base. Je pense qu’il y aura une phase de stagnation jusqu’aux prochaine élections en juin 2003. Pour le moment nous avons tous beaucoup d’idées mais il y a plus de travail que de gens pour le réaliser, sachant qu’il s’agit de bénévolat. Le nouveau problème qui se pose est que dans l équipe dirigeante il y a beaucoup de forts joueurs qui ont leur propres parties à mener et donc pas autant de temps libre qu’il faudrait pour se consacrer à l’AJEC. Nous espérons avoir stoppé l’hémorragie, parviendrons-nous à faire remonter les effectifs ? L’avenir le dira.
Deux mots sur les parties majoritaires que jouez en ce moment sur le site de l’AJEC.
J’ai accepté de participé pour animer le site et donner la possibilité à chaque joueur qui le souhaite d’affronter un GMI. J’estime que c’est important car l’on a souvent tendance à penser que les GMI n’ont aucune considération pour les petits joueurs. Je me souviens que j’ai été plus longtemps petit joueur que GMI, et à une époque Bergraser était pour moi la voie royale. Si j’avais pu jouer contre lui, je l’aurais fait immédiatement. En principe, je pense que je vais gagner avec les Blancs et annuler avec les Noirs. Le bilan est bon car les parties sont vraiment très intéressantes. Elles seront publiées et commentées dans le CDE.